Mardi 28 Mars 2017
taille du texte
   
News finance France
Mercredi, 30 Juin 2010 07:36

Actualité 29/06/2010 France

Revue de presse...
Services et gestion 
Dialogue social dans les TPE.- Le projet de loi sur le dialogue social dans les TPE est examiné cet après-midi en commission des Affaires sociales de l'Assemblée. CGPME, UPA, FNSEA et Unapl n'ont pas trouvé de compromis sur les commissions territoriales. Rapporteur du texte, D. Dord va proposer un amendement pour limiter les missions des commissions. Le texte sera débattu au Parlement à partir du 7/07.(Echos)
Dette sociale.- Le ministre du Budget F. Baroin doit présenter demain les propositions d'un groupe de travail parlementaire pour financer les déficits de la Sécurité sociale. La Caisse d'amortissement de la dette sociale va être prolongée jusqu'en 2025. Des recettes nouvelles vont être recherchées (plus de 3 milliards d'euros) à travers des taxes ciblées et des économies sur les niches fiscales.(Echos)
Négociation collective.- Le bilan de la négociation collective pour 2009 fait état de 53 accords signés. 1.108 accords de branche ont été déposés auprès de la direction générale du travail.(Tribune)
Reclassement des cadres.- Suite à l'appel d'offres lancé par Pôle Emploi pour la mise en concurrence de l'activité d'accompagnement de 70.000 cadres sur deux ans, l'Apec a obtenu 22% du marché, soit 10 millions d'euros. Ingeus aurait remporter 39% du marché (19 millions) et Adecco 21% (9,8 millions). Deux cabinets régionaux se partagent le reste (Initiatives avec 17% et Intra Conseil avec 1%).(Echos)
Assurance-vie plus stricte.- A partir du 1er juillet, les assureurs auront l'obligation de vendre un produit adapté au profil de chaque souscripteur d'une assurance-vie, en l'interrogeant au préalable sur son niveau de revenus, l'importance de son patrimoine, sa situation familiale, ses compétences financières ou ses objectifs en matière d'épargne.(Figaro)
Donneurs d'ordre et PME.- Une vingtaine de grands groupes ont signé hier la «charte des bonnes pratiques pour améliorer les relations entre donneurs d'ordre et PME». Aucun groupe de la grande distribution n'a signé cette charte.(Echos, Figaro)
Stress tests étendus.- Le comité économique et financier européen envisage d'étendre les «stress tests» aux banques moyennes.(Echos)
Sarbanes-Oxley.- Aux Etats-Unis, une action en justice visant à rendre la loi Sarbanes-Oxley anticonstitutionnelle a été rejetée par la Cour suprême.(Echos)
Tendances 
Réduire les dépenses de l'Etat.- N. Sarkozy a annoncé hier une réduction du train de vie de l'Etat. Une deuxième série de mesures de la révision générale des politiques publiques, détaillée demain en Conseil des ministres, doit représenter 10 milliards d'économies.(Echos, Tribune)
Succès du Cesu.- Selon une étude Business Force Conseil menée par l'Association professionnelle des émetteurs du chèque emploi-service universel (Apecesu), 520 millions d'euros de volume d'émission sont prévus cette année, contre 400 millions l'an dernier. Le nombre de bénéficiaires devrait atteindre 660.000 à la fin de l'année, contre 540.000 en 2009.(Echos)
Prêts en zone euro.- Selon la BCE, les prêts au secteur privé en zone euro ont progressé de 0,2% en mai sur un an, après une hausse de 0,1% en avril.(Echos, Tribune)
La Roumanie augmente sa TVA.- En Roumanie, la TVA va passer de 19% à 24% au 1er juillet.(Echos)
Affaires 
Le Crédit Mutuel en Espagne.- Le Crédit Mutuel-CIC va prendre le contrôle de 50% d'une nouvelle banque en Espagne, créée avec le transfert par Banco Popular de 123 agences (sur 2.336). Le Crédit Mutuel va prendre 5% de Banco Popular.(Echos, Figaro, Tribune)
L'info
Croissance et rigueur
La rigueur va-t-elle hypothéquer la croissance??Les économistes de Goldman Sachs sont convaincus que les esprits sont préparés à la rigueur, que celle-ci ne va donc pas peser sur le moral des ménages et des entreprises, mais qu'à l'inverse, la baisse de l'euro va doper les exportations.?Ils annoncent ainsi 2% de croissance en France cette année et 2,7% l'an prochain (Echos 24/06). ?A l'inverse Le Crédit agricole parie sur 1,1% de croissance seulement cette année et 1,2% en 2011 à cause du «climat d'incer­titude».?A mi-chemin, l'Insee propose 1,4% de croissance cette année avec un taux de chômage stable à 9,5% Les exportations devraient progresser de 8,6 %, les importations 5,2%, la consommation des ménages 1,2%, et les investissements des entreprises baisser de 2% (- 3,2% pour ceux des ménages).

Le débat
Rigueur inévitable
La France est-elle en faillite comme l'avait dit François Fillon, dès 2007 ??Non, répondent Michel Ternisien, économiste et Michel Tudel, ex-président de la Compagnie nationale des commissaires aux comptes dans «Les Echos» du 25 juin.?Ils rappellent simplement la définition de la faillite qui est l'impossibilité de faire face à ses engagements.?Ce n'est pas encore le cas de la France.?Mais, demandent les deux experts, la politique budgétaire actuelle est-elle soutenable sur le long terme??La réponse est également non.?Là encore, ils s'ap­puient sur des définitions et des règles mathématiques.??Pour comprendre, expliquent-ils, si une politique budgétaire est soutenable, il faut examiner la différence entre le taux de croissance du produit intérieur brut et les taux d'intérêt à long terme.?Si le taux de croissance est supérieur, comme ce fût le cas jusque dans les années 80, la politique budgétaire est soutenable.?Si, à l'inverse, le taux de croissance est inférieur aux taux d'intérêt à long terme, elle ne l'est pas.?L'an dernier, le différentiel était de 5,8% en faveur des taux d'intérêt, d'où l'explosion de la dette publique (+10 points de PIB).?Autant dire que la rigueur est non seulement inévitable, mais urgente. Mais Ternisien et Tudel vont plus loin.?Ils affirment, sur la base du même calcul, que les critères de Maastricht (dette de 60% du PIB, déficit budgétaire de 3% et inflation de 2%) ne sont «soutenables qu'à partir d'une croissance de 3%?par an.?On en est loin...

Indice
Le tourisme français recule
Avec 74 millions de visiteurs en 2009, la France reste la première destinatation mondiale, mais recule : 80 millions en 2008. Et surtout elle n'est plus que la troisième destination en termes de recettes (36 milliards), derrière les Etats-Unis (69) et l'Espagne (39). A la veille des vacances, Atout France agence de promotion touristique de la France signale que la part de la France sur le marché du tourisme en Europe a reculé, passsant de 19,6% en 2000 à 16% en 2009.
Les chiffres-clé
SMIC: 8,86 euros/heure Plafond Sécu: 2.885 euros/mois 6.422,27 Euro/dollar: 1,2286 (1,2369 le 21/06) Or: 1.261 $ (1.254,5 $ le 21/06) Brent: 78,03 $ (78,48 $ le 21/06) Référence des loyers: 117,81 (1er trim. 10) TBB: 6,6% CAC 40: 3.576,45 (3.736,15 le 21/06) Mid & Small 190: 6228,41 (6.422,27 le 21/06).
Lundi, 28 Juin 2010 15:36

Actualité 28/06/2010 France

Revue de presse...
Services et gestion 
Aide à l'embauche des seniors sous conditions .- Le gouvernement réfléchit à un garde-fou pour limiter l'effet d'aubaine de l'exonération totale de charges jusqu'au SMIC pour l'embauche de seniors de plus de 55 ans en imposant un temps de présence de 2 ans minimum.(Echos)
Arrco : résultats encore positifs.- L'Arrco affiche un résultat encore positif en 2009 à un milliard, mais en baisse sur 2008 (1,4) et devrait commencer à entamer ses réserves (61,9 milliards) dès cette année.(Echos)
ISF-PME .- La collecte des holdings et fonds de placement en investissement ISF-PME a reculé de 5% cette année, notamment du fait de l'excès de commissions perçues.(Echos)
Formation des artisans à la rénovation énergétique.- La FFB et la Capeb viennent de signer avec le ministère de l'Ecologie la prolongation du programme de formation des artisans à la rénovation énergétique (remboursée à 95%). 27.000 artisans ont déjà été formés. Par ailleurs, la FFB a créé un groupement des métiers du photovoltaïque (GMPV).(Echos, Tribune)
Les heures d'équivalence renforcent les allègements .- Depuis le 1er janvier, la prise en compte des heures d'équivalence dans certains métiers comme les transports le gardiennage, la vente de fruits et légumes etc., permet d'augmenter les allègements Fillon.(Tribune)
Administrateur fautif s'il ne s'oppose pas .- Un arrêt de la Cour de Cassation du 30 mars dit qu'une présomption de comportement fautif pèse sur un administrateur de société ayant participé à une réunion du CA ayant pris une décision fautive, s'il ne peut pas prouver avoir mis tout en oeuvre pour s'y opposer.(Tribune)
Meilleure information des actionnaires .- Un décret qui vient de paraître oblige les sociétés cotées à une meilleure information des actionnaires notamment lors de la convocation d'AG et après ces AG. L'info doit se faire via internet.(Echos)
Pas de class actions américaines pour les étrangers .- Dans une affaire concernant la National Australia Bank, la Cour suprême des Etats-Unis a dit que des actionnaires non américains d'une société étrangère cotée aux Etats-Unis ne peuvent pas se joindre à une ?class action? sur le sol US.(Figaro, Echos)
Grosses réforme de la régulation aux USA .- Un accord a été trouvé au congrès américain sur une réforme de de fond de la régulation financière : interdiction aux banques du trading pour leur propre compte, possibilité pour les autorités fédérales de démanteler un établissement présentant des risques, traitement des dérivés sur des marchés réglementés, mise des assureurs sous la coupe d'un régulateur fédéral, poursuites plus faciles contre les agences de notation, etc..(Tribune)
Tendances 
Rigueur accrue mercredi .- Le gouvernement va présenter mercredi un nouveau plan d'économies de 10 milliards sur 3 ans avec suppression de 100.000 postes de fonctionnaires, baisse de 10% des frais de fonctionnement des ministères. Coté recettes, le coup de rabot sur les niches fiscales atteindrait 8,5 milliards. Par ailleurs, la baisse de la TVA dans la restauration aurait eu peu d'effet sur l'emploi et sur les prix.(Echos, Figaro, Tribune)
Hausses pour le train et le gaz.- Le prix de trains Corail et TER augmentera de 2,5% au 1er juillet, celui du gaz de 4,7%. Bercy demande une pause de six mois du prix du gaz.(Figaro, Echos, Tribune)
Le G20 cautionne la rigueur .- Le G20 a admis la priorité que constitue la réduction des déficits mais en laissant à chaque pays le soin de décider du rythme. De même liberté est laissée à chacun pour la taxe sur les banques.(Echos, Figaro, Tribune)
Affaires 
BP : fuite de 100 milliards .- BP a perdu 100 milliards (55%) de sa capitalisation boursière depuis la fuite d'un de ses puits de pétrole dans le golfe du Mexique.(Echos Figaro, Tribune)
L'info
La rigueur épargne les titres-repas
Les titres-restaurant, exonérés de charges sociales, ont échappé au coup de rabot organisé dans le cadre de la réduction des niches fiscales (Tribune, 23/06). Dans le collimateur du législateur en mai, le dispositif a été défendu par plusieurs ministres, notamment pour son rapport coût / bénéfices. Le système coûte moins de 200 millions d'euros annuels à l'Etat et permettrait en contrepartie le maintien de 100.000 emplois dans la restauration (au barème de 30 utilisateurs pour un emploi, établi par Chèque Déjeuner et Ticket-Restaurant). Les titres repas représenteraient également 15% du chiffre d'affaires et près de 25% de la marge des restaurateurs. Alors que la grande distribution capte 20% des titres, le gouvernement envisage leur extension aux produits laitiers, après les fruits et légumes récemment.

Le débat
Taxer les banques : et après ?
Taxer les banques apportera-t-il une solution au risque systémique ? Pas pour le journaliste Philippe Mabille, pour qui cela ne peut servir qu'à soulager l'opinion publique. «On peut comprendre la logique punitive : faire payer aux banques une partie du coût de la crise.?Mais on voit mal en quoi une simple taxe va réduire les effets de levier de celles qui prennent des risques excessifs sur les marchés» juge-t-il. «La Commission européenne avait eu le mérite de présenter une approche cohérente : financer un fonds communautaire de mutualisation des risques, afin de ne pas laisser le coût d'une éventuelle nouvelle crise financière aux seuls contribuables. Mais personne n'en a voulu» déplore Mabille qui dénonce une décision «unilatérale» de Paris, Berlin et Londres de déployer une taxe qui ne servira qu'à «renforcer les banques des pays n'appliquant pas la taxe bancaire». S'il reconnaît à la France une approche plus efficace que ses deux voisins, avec un dispositif ciblant les investissements les plus risqués, il ne comprend pas comment on peut espérer s'en sortir par des solutions localisées au niveau d'un pays ou d'un continent. «Dans un monde d'interdépendance, la réponse au risque systémique ne peut être que mondiale et passe par la redéfinition des exigences en fonds propres». A ce titre, les banques auraient peut-être été mieux inspirées, pour se donner une chance d'échapper à une taxe, de ne pas freiner comme elles l'ont fait les travaux du comité de Bâle «au nom d'un espoir de rentabilité qui appartient désormais à un autre temps».

Agenda

Lundi 28 juin
---> Le conseil de surveillance du Monde vote pour désigner le repreneur définitif du quotidien du soir
---> Nouvelle réunion de conciliation eurodéputés/Conseil sur la régulation des hedge funds
Mardi 29 juin
---> Sommet intersyndical pour préparer la rentrée
Jeudi 1er juillet
---> Congrès du syndicat des experts-comptables Ifec (jusqu'au 3)
---> Hausse des tarifs du gaz aux particuliers (+4,7%)


Page 4 sur 31
French (Fr)English (United Kingdom)

Parmi nos clients