Saturday 11 July 2020
Font Size
   
Friday, 12 August 2011 09:00

Science-fiction La Planète des Singes en version new tech

«La Planète des Singes - Les Origines», réalisé par le Britannique Rupert Wyatt, est la huitième version de «La Planète des Singes» depuis celle de Franklin J. Schaffner avec Charlton Heston en 1968. «La Planète des singes» de Tim Burton, dernier opus inspiré du roman de science-fiction du Français Pierre Boulle, datait de 2001. L'œuvre de Rupert Wyatt a réalisé un départ plus que prometteur aux États-Unis en s'emparant de la première place du box-office nord-américain le week-end dernier avec 54 millions de dollars de recettes.

«La Planète des singes - Les Origines», qui se veut sans continuité avec les autres volets de la saga, s'intéresse à l'origine de l'intelligence des singes, en s'interrogeant sur le pouvoir de la génétique. Alors que des scientifiques expérimentent un sérum contre la maladie d'Alzheimer sur des singes, un effet inattendu se produit: la substance utilisée augmente l'activité cérébrale des primates. César, fils d'une femelle chimpanzé qui a servi de cobaye, est le premier à faire preuve d'une intelligence remarquable. Il apprend en grandissant le langage des signes. Mais après une agression contre un voisin, il se retrouve enfermé avec ses congénères. Maltraité, trahi par les hommes, il va mener la rébellion des primates contre l'humain.

Fini les acteurs déguisés en singes

Pour raconter cette histoire, le film fait appel -pour la première fois dans cette saga- à la technologie dite de «performance capture», qui permet de traiter numériquement les mouvements des acteurs pour les transposer directement dans les personnages animés par ordinateur. Fini les acteurs déguisés en singes: ici leurs mouvements sont captés directement dans les décors en plateau pour créer des primates de synthèse. Et, innovation technologique, les acteurs -Andy Serkis, James Franco et Freida Pinto- ont pu être filmés dans de vrais décors alors qu'auparavant, les comédiens couverts de capteurs étaient filmés à part, sur fond vert. L'acteur Andy Serkis incarne le singe César. C'est la troisième fois qu'il interprète un personnage en images de synthèse, après le gorille de «King Kong» et Gollum, dans «Le Seigneur des Anneaux».

Le réalisateur Rupert Wyatt a choisi cette technique, déjà employée aussi dans «Avatar», qui lui permettait de tourner en temps réel et de conserver ainsi l'interaction entre les personnages humains et les singes du film. Ainsi, la barrière entre les effets visuels et les prises de vues réelles est sur le point de disparaître, et une nouvelle façon de filmer est en train de voir le jour, donnant vie et crédit aux singes à l'écran.

(L'essentiel Online/AFP)

Authors:

Last modified on Tuesday, 30 November 1999 01:00
French (Fr)English (United Kingdom)

Parmi nos clients

mobileporn