Jeudi 21 Novembre 2019
taille du texte
   
Mardi, 13 Septembre 2011 22:27

Pourquoi Frédéric Beigbeder est contre le livre numérique

Rate this item
(0 Votes)

Frédéric Beigbeder s’est fait remarquer ce matin sur Europe1 en donnant son avis sur cette tendance que sont que les livres numériques : selon lui, les liseuses numériques, c’est le mal.

Pourquoi Frédéric Beigbeder est contre le livre numérique

Nous en parlions hier, avec la possibilité de voir une offre qui chamboulerait le marché des eBooks émanant d’Amazon. Aujourd’hui, c’est l’auteur de « Windows on the World » et de « 99 francs » qui aborde le sujet pour exprimer sa forte opposition aux livres électroniques. Mettons de côté les a prioris sur le personnage, son humour, et ses livres, puisque que tout cela n’a pas sa place dans le débat, et concentrons nous sur ses propos. Pour défendre son point de vue sur l’émergence de la lecture numérique, l’auteur donne différents arguments, que voici :

« Non les écrans c’est pas merveilleux. C’est effrayant, et on l’a vu déjà pour l’industrie du disque : il n’y a plus de disquaire. Voilà ce qui va se passer, les gars : non seulement la disparition de cet objet qui avait 6 siècles et qui nous a donné le roman moderne, mais aussi la fermeture des librairies, des maisons d’édition, des suppléments littéraires dans les journaux et peut-être la fin de la critique littéraire… »

Livre et musique, même combat (d’arrière-garde ?)

Beigbeder compare l’industrie du livre à celle de la musique, et pense que la chute qu’a connu celle-ci ces dernières années se produira également pour tous les acteurs qui forment actuellement le marché du livre. C’est indéniable, il y aura forcément des conséquences sur les petits libraires. Peut-on pour autant parler de mort du marché littéraire ? On imagine très bien d’irréductibles producteurs et vendeurs de bouquins continuer leurs activités pour combler les consommateurs encore friands de papier, à qui les simples mots « lecture numérique » font hérisser le poil.

Outre l’aspect économique de la chose, l’auteur défend son point de vue hostile aux eReaders en avançant ces arguments :

« Le geste va disparaitre, ce geste qui consiste à tourner des pages physiques sur papiers [...], le parfum de l’encre et du papier, c’était magnifique. »

Ainsi, ce qui gêne personnellement Frédéric Beigbeder dans les livres électroniques, c’est l’absence de papier et de parfum. Un moment de lecture devrait donc être « physique », entendez par là que le lecteur achète et apprécie un livre pour son contenu, certes, mais aussi pour l’objet en lui même. Un argument souvent repris par les défenseurs du livre sur papier, qui, malgré les avantages qu’offrent les eBooks, sont bien nombreux et présents.


Beigbeder : "Je me bats pour la…by Europe1fr

Cette intervention de Frédéric Beigbeder a le mérite de relancer le débat. Une chose est sûre : lui est contre. Il a même fait en sorte que son nouveau livre ne sorte pas en version numérique.
(source)

Authors:

French (Fr)English (United Kingdom)

logo-noemi

Parmi nos clients