Vendredi 16 Novembre 2018
taille du texte
   
Jeudi, 15 Septembre 2011 13:00

Quand le FBI forme ses agents à l'islamophobie

Rate this item
(0 Votes)
Le blog américain "Danger Room", spécialisé dans les questions militaires et de contre-espionnage, s’est procuré une série de documents utilisés par le FBI pour former ses agents et dépeignant l’islam comme une religion par nature radicale et violente. Dans ce cours de 12 pages, destiné aux agents spécialisés dans le contre-terrorisme, le FBI ne semble à aucun moment faire la différence entre musulmans, islamistes radicaux et terroristes religieux. Bien au contraire, il tente à plusieurs reprises de "prouver" que les musulmans "mainstream" (terme qui pourrait se traduire par "grand public", ou "majoritaires") sont sympathisants du terrorisme en puissance. Même la charité, un des piliers de l’islam, ne serait qu’un moyen de "financer les mécanismes de combats". La Coran, un livre violent Pour appuyer cette théorie, le FBI fournit plusieurs graphiques comparent l’évolution dans le temps des trois grandes religions monothéistes et leur propension à la violence. Ainsi, alors que la Torah et la Bible ont constamment progressé vers la non violence, le Coran, lui n’aurait pas connu "ce processus de modération." En résumé,  plus un musulman est "pieu et dévoué" à l’islam, plus il aura tendance à être violent. "Ces tendances destructrices ne peuvent pas êtres renversées", précise un instructeur dans l’un des documents. "N’importe quelle guerre est justifiée" par la loi islamique, poursuit-il. "Un processus modéré ne pourra pas se mettre en place tant que le Coran sera considéré comme la parole inaltérable d’Allah". Un autre partie de la formation affirme, au sujet des tendances radicales au sein de l’islam : "Les thèmes stratégiques qui animent ces valeurs islamiques ne sont pas le fait d’une frange, elles sont grand public". Le FBI semble donc, en tous cas dans le cadre de cette formation, ne faire aucune différence entre les différentes pratiques de l’islam. Au fil des 12 pages que s’est procuré le blog "Danger Room", hébergé par le site Wired, les musulmans sont constamment considérés comme des criminels potentiels prêts à l’insurrection. Parmi les "techniques" qu’ils utiliseraient, le FBI cite ainsi "l’immigration" et les "poursuites judiciaires". Ainsi, comme le note "Danger Room" : "Si un musulman veut devenir Américain ou s’il poursuit le FBI pour harcèlement, ça fait juste partie du djihad". Jérôme Hourdeaux - Le Nouvel Observateur Authors: 2425177.jpg
French (Fr)English (United Kingdom)

logo-noemi

Parmi nos clients