Vendredi 16 Novembre 2018
taille du texte
   
Mercredi, 21 Septembre 2011 14:00

5 facteurs-clés pour réussir sa campagne de crowdfunding

Rate this item
(0 Votes)

Article rédigé par Nicolas Dehorter, qui s’intéresse depuis plus de deux ans au financement participatif, et qui édite le blog monartisteleblog.fr, où il mène une réflexion autour de ces nouvelles pistes de financement avec leurs enjeux, leurs conséquences et leurs perspectives.

Je lance aujourd’hui ma première grande collecte sur Kiss Kiss  Bank Bank, pour mon livre, j’ai donc essayé de déterminer d’après les sources que j’avais pu rassemblé et les témoignages que j’avais des facteurs clefs de succès, j’ai pu en déterminer 5 que je vous fais partager.

5 facteurs-clés pour réussir sa campagne de crowdfunding

Panel de sites de crowdfunding

Évidemment, ces règles ne vous assurent pas la réussite, tous les projets n’arrivent pas à rencontrer leur public, mais ces conseils sont les bases indispensables pour moi afin de mettre toutes les chances de son côté.

Tout en n’oubliant pas que la campagne que vous lancez est aussi l’occasion au-delà de l’objectif financier, de donner à voir et de vous rapprocher de contacts appréciant votre travail et que vous aviez peut-être un peu perdu de vu ( autant c’est comme cela que je le vois aussi). Avoir une actualité et montrer que l’on travail est toujours très important.

1 – Ne pas rater l’occasion de faire une bonne première impression.

Votre projet c’est votre vitrine, faites le maximum pour créer la sympathie, mettre en valeur vos compétences et rédiger avec soin la présentation de son projet. N’ayez pas peur d’être direct : dire pourquoi l’on a besoin d’argent, ce qu’on va en faire et quel sera le résultat concret à la fin ; (« Ce qui se conçoit bien s’énonce aisément » comme le dit Nicolas Boileau ). Ce rôle de séduction est d’autant plus important, que la philosophie du crowdfunding est encore mal connue, même si des plateformes comme Kickstarter ou Ulule en France, commence à être reconnu, le risque d’être spammer dès le premier contact est grand ! N’hésitez pas à adresser des mails personnalisés (l’abolition du copier-coller est évidemment de rigueur dans ces cas-là) et d’expliquer de quoi il s’agit exactement et de mettre un lien qui renvoi vers le site.

2 – Mobiliser son entourage et commencer à se faire connaître autour de soi

Vous vous dîtes sans doute, quel intérêt ai-je à présenter mon projet sur internet si c’est pour solliciter ma famille ou mes amis. La raison est simple et c’est ce que nous apprend la plateforme Kickstarter :

Les internautes soutiennent des projets qui réussissent

Lorsque l’on étudie les statistiques du site américain Kickstarter, on apprend que 43 % des projets présentés réussissent (taux enviable il faut reconnaître), mais surtout que 21 % des projets n’ont jamais même eu une seule contribution. Ainsi lorsque l’on regarde de plus prêt, on constate que les chances de succès grimpent à 52 % lorsque l’on a au moins une contribution et à 90 % lorsque dans la dernière ligne droite on atteint 30 %.

C’est tout à fait compréhensible lorsque l’on sait que la force d’une plateforme de financement participatif  est de s’appuyer sur la puissance de recommandation des réseaux sociaux est de pouvoir agrandir le premier cercle de soutiens (amis, familles, proche). Les relations humaines sont toujours aussi importantes à l’ère du numérique, connaître l’avis de ses proches, bénéficier de leurs relations, sera toujours plus efficace surtout en France, que des mailing sauvages. Comment imaginer convaincre des inconnus, si nos proches et notre entourage ne nous font pas confiance ?

C’est une véritable rampe de lancement, cela reste une réalité, même si la donne évolue un peu grâce à internet. Mais il ne faut surtout pas imaginer que le « travail » s’arrête à la présentation du projet sur la plateforme et au contraire garder à l’esprit qu’il s’agit d’une campagne, il faut informer, donner envie de connaître, répondre aux questions, c’est une vraie démarche, qui demande de l’investissement.

3 -  Ne pas avoir peur d’être créatif et de partager…

Il faut établir une stratégie, qui non seulement va attirer l’attention des internautes, mais qui doit aussi donner envie de vous suivre et les inciter à participer à votre projet. La réussite passe autant par un message réussit, une histoire que l’internaute apprécie, que par des contreparties que le contributeur a envie d’avoir, parce qu’il apprécie le travail de l’artiste.

Le message pour se faire connaître

En se découvrant, en créant notamment une vidéo…

Il est important et l’ont bien compris les américains, qu’il est important de dépasser la simple relation virtuelle, pour cela il faut d’abord susciter l’intérêt et être attractif, les idées les plus simples et les plus proches des internautes sont souvent les meilleurs… Cette volonté passe souvent par une vidéo, une captation qui rapproche, met à nu un peu le porteur du projet ou montre simplement son engagement et son ambition.

Dans ce domaine, il y a deux écoles, soit centré sur le porteur de projet en valorisant le savoir être ou sur le projet en valorisant le savoir faire…

Proposer des contreparties ou des « cadeaux » attirants

« en avant de l’audace, toujours de l’audace, rien que de l’audace »

La base de l’inspiration, vous le savez, est ce qui se fait chez les autres. Alors n’hésitez pas à surfer sur des sites de crowdfunding, même dans d’autres domaines artistiques et repérez les bonnes idées, ce qui marche et ce qui ne marche pas. Des œuvres en petits formats, des œuvres dédiés, proposer leur des cours, des rencontres, de leur montrer comment vous travaillez…Les possibilités sont immenses, alors demandez-vous ce que vous aimeriez obtenir et offrez-le.

J’ai remarqué notamment dans la photographie, qu’il y a une volonté d’apprentissage très forte, concernant les méthodes de reportage, en offrant la possibilité aux internautes de vous suivre pendant votre expédition ou en leur proposant de leur expliquer comment vous avez travaillé, vous avez de grandes chances d’attirer les contributeurs.

4 – Une campagne de crowdfunding est un marathon.

Il faut pouvoir la suivre, l’alimenter, répondre aux questions, ne pas avoir peur de relancer, réussir à toucher les différents cercles, en s’intéressant en priorité à ses proches, qui sont véritablement la base de la fusée. Ne pas avoir peur de communiquer, de s’investir et de solliciter ses contacts à travers les réseaux sociaux et l’emailing, qui sera votre meilleure arme.

5 – être positif

Remercier autant que vous pouvez et n’oubliez pas que ce n’est pas fini tant que le compte à rebours n’a pas sonné.

Même si l’on ne doit pas oublier que rien n’est magique, tout fonctionne beaucoup mieux, lorsque l’on donne pour mieux recevoir (elle est un peu facile, mais je trouve quelle reflète bien la mentalité, qu’il faut avoir). Le plus important est donc pour moi d’être présent, de montrer que le projet nous tient à cœur, que l’on n’est pas uniquement là pour récolter de l’argent, mais aussi pour essayer d’intéresser les gens à son travail, sans négliger cette part d’aventure humaine.

Mon livre Free Culture Film

Sources :

?

Authors:

French (Fr)English (United Kingdom)

logo-noemi

Parmi nos clients