Samedi 22 Juillet 2017
taille du texte
   
Jeudi, 05 Janvier 2012 12:46

Le Bélarus verrouille son internet

Rate this item
(0 Votes)
Des restrictions sur l'utilisation d'internet, rendant passibles d'amendes des sociétés n'ayant pas enregistré leur site au Bélarus ou des fournisseurs d'accès n'ayant pas identifié leurs clients, vont entrer en vigueur dans le pays, a indiqué mercredi 4 janvier l'agence de presse Belta. Ces restrictions, accompagnées d'amendes pouvant aller jusqu'à près d'un million de roubles bélarusses (environ 126 dollars, 96 euros), doivent entrer en vigueur vendredi, a précisé cette agence officielle. Identification des internautes Désormais, les fournisseurs d'accès devront dans tous les lieux d'accès collectif à internet, par exemple dans les cyber-cafés, identifier sous peine d'amende, leurs clients et les services octroyés, afin que ces informations puissent être remises si nécessaires à la police ou à d'autres structures étatiques. Le texte oblige aussi toutes les structures commerciales bélarusses, qui veulent avoir une adresse internet, à s'enregistrer dans le pays, et donc à recevoir des adresses se terminant en .by (référence du Bélarus). Actuellement, les entrepreneurs bélarusses sont souvent enregistrés avec des noms de domaines en .com, .biz ou .ru pour augmenter le nombre de leurs clients et réduire les coûts. Ces mesures suivent un décret sur l'internet du président Alexandre Loukachenko datant du 1er février 2010. Une loi, permettant l'entrée en vigueur de ces restrictions, a été adoptée le 25 novembre 2011. Après l'annonce du décret présidentiel, journalistes et opposants avaient dénoncé une tentative d'établir un "contrôle total sur l'information" au Bélarus. La plupart des journaux non étatiques ont mis la clé sous la porte et il n'existe ni radio ni chaîne de télévision indépendante au Bélarus. L'internet est ainsi devenu une source majeure d'informations indépendantes. Authors: 2917717.jpg
French (Fr)English (United Kingdom)

logo-noemi

Parmi nos clients