Lundi 19 Novembre 2018
taille du texte
   
Vendredi, 02 Septembre 2011 04:41

Un logiciel empêche les crimes de se produire

Rate this item
(0 Votes)

Arrêter les criminels avant que ceux-ci ne passent à l’acte. C’est une phrase que l’on croirait tout droit sortie de Minority Report, et pourtant… Il semblerait que les précogs du film pourraient ne rien avoir à envier au programme informatique qu’on développé des chercheurs de l’université américaine Santa Clara pour la police de Santa Cruz (Californie).

Un logiciel empêche les crimes de se produire

Deux femmes ont ainsi été arrêtées sur un parking de la ville alors qu’elles s’apprêtaient à voler une voiture, et il a été découvert que l’une d’elles avait plusieurs mandats d’arrêt à son encontre, et que la seconde était en possession de drogues. Tout cela sans qu’aucun appel ne soit lancé au poste de police.

Le programme, élaboré par deux mathématiciens, un anthropologue et un criminologue, est utilisé depuis le mois de juillet. Il aurait déjà permis de devancer certains crimes, et aurait même mené à cinq arrestations.

La mise en place de ce dispositif, pour l’instant expérimental, constitue une nouvelle ouverture dans le domaine de la police prédictive : envoyer des agents à des endroits où les crimes sont fortement susceptibles de se produire.

Des tentatives de ce genre ont déjà été expérimentées dans quelques villes américaines, notamment Chicago, pour laquelle le département de police avait alors créé une unité spécialisée dans l’analyse prédictive. Mais la méthode utilisée à Santa Cruz s’avère beaucoup plus sophistiquée, basée sur des modèles de prédiction des répliques de séismes. Les tremblements de terre ne sont en effet pas (ou peu) prédictibles, mais leurs répliques peuvent être anticipées à l’aide de modèles mathématiques bien rodés. Selon George Mohler, l’un des mathématiciens de Santa Clara, il en est de même pour les crimes. Les activités criminelles ne seraient d’après lui pas aussi aléatoires qu’il n’y paraît, certains crimes pouvant être prédis par ceux qui les ont précédés. Le programme génère donc des “projections” indiquant où, et dans quel intervalle de temps, les crimes se révèlent plus probables. Tout ceci est effectué à l’aide d’une base de données déjà bien complète, équivalent près de huit ans de données. Les projections sont recalibrées quotidiennement en fonction des données de la veille, et le logiciel fourni chaque jour aux agents la liste des des dix points chauds de la ville.

L’utilisation d’un tel système doit cependant être vue comme une aide a la police, dans un temps où les budgets se resserrent et où les effectifs se voient réduits. Et il est vrai que prévenir un crime revient toujours moins cher que de le résoudre…

A noter que le logiciel n’est à ce jour utilisé que pour la prévention de délits mineurs (vols de maisons et de voitures), et que sa précision doit encore être démontrée. Ses résultats seront évalués dans six mois.

La ville de Los Angeles a cependant déjà confié à l’équipe de chercheurs la mise en place d’un système équivalent, axé sur la violence des gangs, et basé sur les activités de trois bandes rivales qui sévissent actuellement sur la ville.

Reste à voir ce que l’usage de cette technologie va donner, et surtout, jusqu’où elle nous mènera…

Authors:

French (Fr)English (United Kingdom)

logo-noemi

Parmi nos clients