Vendredi 16 Novembre 2018
taille du texte
   
Dimanche, 16 Octobre 2011 17:22

Et si Google était … une plateforme !?

Rate this item
(0 Votes)

Après le fameux Peanut Butter Manifesto de Yahoo!, signé Brad Garlinghouse, l’un des vice-présidents de Yahoo! à l’époque, voici maintenant le « manifeste du beurre d’arachide » de Google, signé Steve Yegge, ingénieur à Mountain View, dans lequel il démolit Google+ (et que son opinion ait fuité intentionnellement ou non n’est pas la question, il y a des précédents bien plus célèbres et plus haut placés que lui) !

Et si Google était … une plateforme !?

Crédit photo.

Il y critique l’incapacité de Google de raisonner sur le long terme en termes de plateforme (Platforms are all about long-term thinking) plutôt que de produits (The problem is that we’re a Product Company through and through). Une plateforme qui ferait reposer ses fondations sur deux piliers : l’accessibilité et la sécurité. Et plus encore l’accessibilité, car au fond, plateforme = accessibilité. Chose qui manque à Google :

We don’t get Platforms, and we don’t get Accessibility. The two are basically the same thing, because platforms solve accessibility. A platform is accessibility.

Selon lui, Google ne sait pas réaliser ni ne comprend ce qu’est une plateforme, et Google+ est le premier exemple de cette absence de culture « plateforme » :

That one last thing that Google doesn’t do well is Platforms. We don’t understand platforms. We don’t “get” platforms.
…it’s like our tenth or eleventh priority. Or fifteenth, I don’t know. It’s pretty low.
The Google+ platform is a pathetic afterthought. We had no API at all at launch…
This is a cultural thing…

Chez Google, d’abord nous tentons d’anticiper ce que les gens veulent, et après nous le leur donnons. Or ce n’est pas vraiment comme ça que ça marche. Cette approche n’est pas fiable. Steve Jobs pouvait faire ça, mais nous n’avons pas de Steve Jobs chez Google, désolé (sic!) :

The problem is that we are trying to predict what people want and deliver it for them.
You can’t do that. Not really. Not reliably. There have been precious few people in the world, over the entire history of computing, who have been able to do it reliably. Steve Jobs was one of them. We don’t have a Steve Jobs here. I’m sorry, but we don’t.

Larry appréciera :-)

D’après son analyse, Google+ ne serait qu’une réaction pavlovienne à courte vue, basée sur le postulat erroné que Facebook est une réussite parce qu’ils ont mis au point un bon produit. Ce qui est faux : le succès de Facebook est qu’ils ont construit une plateforme en permettant aux autres de développer une constellation de produits, ce qui permet à chacun d’avoir une expérience différente, personnelle, sur Facebook. Certains passent tout leur temps sur Mafia Wars, d’autres sur Farmville, etc. Il y a des centaines voire des milliers de silos de contenus où perdre son temps, on y trouve tout pour tous.

Google+ is a knee-jerk reaction, a study in short-term thinking, predicated on the incorrect notion that Facebook is successful because they built a great product. But that’s not why they are successful. Facebook is successful because they built an entire constellation of products by allowing other people to do the work. So Facebook is different for everyone. Some people spend all their time on Mafia Wars. Some spend all their time on Farmville. There are hundreds or maybe thousands of different high-quality time sinks available, so there’s something there for everyone.

Il n’y a pas que Facebook qui a réussi à développer une plateforme, il en va de même pour d’autres, chacun pour ses propres raisons, comme Amazon (toute la partie sur Jeff Bezos est impayable), Microsoft, Apple ou Twitter, mais pas Google.

Or un produit qui n’est associé à aucune plateforme finira toujours par être remplacé par un produit pouvant tourner sur une plateforme (A product is useless without a platform, or more precisely and accurately, a platform-less product will always be replaced by an equivalent platform-ized product). L’important étant de donner à des tierces parties la possibilité de développer leurs propres applis pour les greffer automatiquement sur la plateforme, après quoi tout se fera naturellement (He just needed to enable third-party developers to do it, and it would happen automatically).

Il ne s’agit pas non plus de lancer d’abord les produits pour espérer en faire une plateforme ouverte, magique et extensible dans un deuxième temps, ce qu’a déjà tenté Google sans y réussir (We can’t keep launching products and pretending we’ll turn them into magical beautiful extensible platforms later. We’ve tried that and it’s not working), mais plutôt de commencer par la plateforme, et de l’utiliser ensuite pour tous les produits et services. Même si elle n’est pas parfaite dès le départ, il sera toujours temps de la peaufiner après, l’important c’est de le faire de suite. Car même s’il n’est pas encore trop tard, plus Google attend et plus ce sera difficile et coûteux de mettre correctement en place cette stratégie :

The Golden Rule of Platforms, “Eat Your Own Dogfood”, can be rephrased as “Start with a Platform, and Then Use it for Everything.” You can’t just bolt it on later. Certainly not easily at any rate — ask anyone who worked on platformizing MS Office. Or anyone who worked on platformizing Amazon. If you delay it, it’ll be ten times as much work as just doing it correctly up front. You can’t cheat. You can’t have secret back doors for internal apps to get special priority access, not for ANY reason. You need to solve the hard problems up front.

I’m not saying it’s too late for us, but the longer we wait, the closer we get to being Too Late.

J’arrête là le résumé de son analyse, qu’il a ruminé pendant 6 ans (This post has been six years in the making), pour terminer sur la question qui m’est venue à la lecture de ce billet :

Que serait Google si c’était une plateforme ?

Il est déjà dur de cerner ce qu’est Google, sinon une compagnie qui va bientôt capitaliser 200 milliards de $ (je me rappelle encore quand Eric Schmidt disait qu’il voulait faire de Google une compagnie média pesant … 100 milliards de $…) (ça a l’air vieux, c’était il y a deux ans !!!), qui a commencé par être un moteur de recherche (Search), puis une régie publicitaire (Ads), avant de faire de ses nombreux produits et services autant d’applis (Search, Ads & Apps), puis d’y ajouter le social, jusqu’à Google+ qui serait censé aujourd’hui centraliser tout ça sur sa plateforme.

Généralement, l’approche « bêta » de Google est importante, puisque l’utilisation ou non par les internautes des produits que lance la société peut déterminer leur abandon ou leur remplacement, mais le lancement de Google+ il y a tout juste trois mois laisse à penser que cette fois Google parie bien plus gros qu’avec ce qui a précédé, en jouant directement sur le terrain de Facebook.

Y réussiront-ils sans ouvrir la plateforme Google+ aux développeurs tiers, comme a su le faire Facebook, c’est l’une des questions clés posées par la longue analyse de Steve Yegge, ingénieur chez Google. En tout cas merci à lui. Je vous encourage également à lire les commentaires.

Que pensez-vous de cette analyse plateforme vs. produit/service, et pensez-vous que Google+ réussira finalement là où ses précédentes tentatives de percer dans le social ont échoué ?

Authors:

French (Fr)English (United Kingdom)

logo-noemi

Parmi nos clients