Samedi 20 Octobre 2018
taille du texte
   
Lundi, 24 Octobre 2011 12:12

Téléphone mobile: pas de risque accru de cancer

Rate this item
(0 Votes)
Une étude épidémiologique menée au Danemark depuis les années 90 auprès de presque 360.000 détenteurs de téléphones portables, ne montre aucune augmentation du risque de cancer du cerveau associée à l’usage du portable. Ces conclusions confortent les précédents résultats obtenus avec cette cohorte, ainsi que ceux de l’étude européenne Interphone publiés l’année dernière.Tous les résidents danois se voient attribuer un numéro personnel à leur naissance utilisé dans tous les registres nationaux. Ce système permet aux chercheurs de croiser les souscriptions aux opérateurs de téléphonie mobile avec les registres de santé publique, notamment des cancers. Cette méthode a l’avantage d’éviter les biais que comportent d’autres études, comme les déclarations a posteriori sur l’usage du mobile chez les personnes souffrant d’un cancer. Elle a aussi ses défauts, comme d’exclure les abonnements passés à titre professionnel, ou de ne pas quantifier le nombre d’heures passées au téléphone.Patrizia Frei et ses collègues, de l’Institut d’épidémiologie du cancer du Danemark, ont analysé les données disponibles pour 358.403 personnes ayant contracté un abonnement entre 1982 et 1995. Pour la période analysée (de 1990 à 2007), les chercheurs dénombrent 10.729 cas de tumeurs du système nerveux central (gliomes et méningiomes) dans la cohorte. L’incidence n’est pas plus élevée chez ceux qui détiennent un téléphone mobile depuis plus de 13 ans, soulignent Frei et ses collègues, concluant à l’absence d’une relation de cause à effet entre l’usage du téléphone mobile et le risque de tumeurs cérébrales.Ces résultats, publiés par le British Medical Journal, ne mettent pas pour autant fin aux recherches, loin de là. Les cancers pouvant se développer sur un très long terme, le suivi continue.En juin dernier, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé les ondes électromagnétiques dans la catégorie des agents «peut-être cancérigènes pour l’homme», tout en recommandant de réduire l’exposition directe aux ondes. C.D.Sciences et Avenir.fr24/10/11 Authors:
French (Fr)English (United Kingdom)

logo-noemi

Parmi nos clients