Lundi 18 Juin 2018
taille du texte
   
Mercredi, 09 Novembre 2011 11:35

Adobe renonce à Flash sur les mobiles

Rate this item
(0 Votes)

Après des année d’efforts, d’annonces  et déclarations pas toujours suivies d’effet, d’avancées, de reculades et, disons-le, d’atermoiements, la messe semble dite : Adobe vient d’annoncer, pour le moment officieusement[1] dans une note à ses partenaires, qu’il cessait le développement de Flash sur les mobiles.

Adobe renonce à Flash sur les mobiles

La firme californienne, souvent au cœur de polémiques entre pro et anti-flash, polémiques alimentées par Steve Jobs lui-même (à moins qu’il ait voulu au contraire les désamorcer), indique vouloir se concentrer désormais sur le développement du HTML5 et d’applications Adobe Air pour toutes les plateformes mobiles.

Mais plus de Flash pour les nouveaux navigateurs web mobiles. Cependant, Flash Player sur Android et sur la tablette BlackBerry PlayBook continuera à être maintenu et amélioré.

Flash et les mobiles, une vieille histoire… inachevée

Rappelons que la disponibilité de Flash pour les mobiles ne date pas de la version Android : les premières versions de Flash mobile étaient disponibles pour Pocket PC et Windows Mobile dès le début des années 2000, son développement s’étant arrêté si ma mémoire est bonne à la version 7, toujours compatible avec les smartphones Windows Mobile 6.5. Une autre version, « Flash Lite », pour la plateforme Symbian et le navigateur mobile Opera, a été également largement diffusée au cours des dernières années, avec des fonctionnalités limitées par rapport au player pour Windows Mobile, qui était pleinement compatible avec tous les formats Flash (jeux, rich media…).

Cette annonce semble sonner le glas des formats propriétaires pour le multimédia sur les mobiles, au profit du HTML5… et de Adobe Air (qui est un Flash encapsulé dans une application). Il ne reste plus qu’à espérer que les éditeurs de sites prendront en compte rapidement cette nouvelle donne et continueront d’adapter leurs contenus afin que les mobinautes ne soient pas pénalisés, et que les smartphones ne restent pas les parents pauvres du web riche (au sens « poor media »…).

[1] pas encore d’annonce officielle sur la pressroom Adobe au moment où j’écris ces lignes

(source)

Authors:

French (Fr)English (United Kingdom)

logo-noemi

Parmi nos clients