Samedi 21 Juillet 2018
taille du texte
   
Vendredi, 25 Novembre 2011 15:23

La plateforme Google+ contre Facebook, ou l’enjeu des données personnelles pour la publicité online

Rate this item
(0 Votes)

Article rédigé par Florian Puisais, Webaddict, passionné d’actualité et webmarketer depuis plusieurs années, Florian s’intéresse notamment à l’économie et aux usages d’Internet dans le monde.

En ajoutant l’intégration de Google+ à Adwords et Places dans certains pays, Google regroupe progressivement tous ses outils sous une plateforme, utile à la fois pour les entreprises et pour les utilisateurs, ou plutôt pour les annonceurs et leur audience.

L’expansion des pages Google+

D’après des constatations de Mike Blumenthal, expert en recherche géolocalisée, Google+ serait progressivement intégré dans les résultats géolocalisés : les images présentes dans les SERP pour les résultats « Local » renvoient vers une page intermédiaire mettant en avant la page Google+ du site, et la possibilité de l’ajouter à vos cercles. Les annonceurs présents sur Adwords peuvent également lier leur page Google+ à leurs campagnes Adwords en rajoutant une « extension sociale », en plus des extensions « Google places » et « clic to call » pour les mobiles.

Cette semaine, le groupe a par ailleurs annoncé la suppression de nombreux outils : Knol, Gears, Google Friend Connect, Search Timeline, Google Wave, Google Bookmarks.

Plateforme contre réseau social

Ces différentes actualités vont clairement dans le sens du leak d’un rapport d’un ingénieur de Google, qui souhaitait que Google+ adopte une approche plateforme qui intégrant ses différents outils plutôt qu’une approche produits. Avec cette stratégie, Google ne vise pas à concurrencer Facebook en tant que réseau social, mais « cela serait juste un bonus », a récemment déclaré Nikesh Arora, directeur des opérations de Google.

Il y a quelques mois, Eric Schmidt avait reconnu que Google avait raté l’essor des réseaux sociaux. Il semble que même si Google ne parvient pas à imposer Google+ comme un réseau social, son succès en tant que plateforme lui permettait de collecter des données personnelles exploitables pour ses outils publicitaires. Il concurrencerait ainsi Facebook non pas en tant que réseau social, mais en tant que régie publicitaire.

L’outil publicitaire de Facebook que Google envie

Facebook a dernièrement connu un intérêt grandissant de la part des annonceurs en leur permettant d’opérer un ciblage ultra-précis combinant facteurs démographiques, géographiques, affinitaires, et même plus…

On peut cibler par exemple, en 3 clics,  les 1080 personnes de 26 à 30 ans, travaillant à Microsoft en France :

publicité Facebook

Une plateforme au service de la régie publicitaire

Si Google parvient à développer Google+, on peut donc s’attendre dans les prochaines années à ce qu’il sorte des outils de ciblage qui allieront la force de son outil de recherche (données macro) à une dimension one to one (données personnelles).

Et en extrapolant un peu, Google pourrait exploiter les données d’usage de ses terminaux Android et de ses applications, Google TV et Google Music (etc…), et ainsi acquérir un volume de données globales et personnelles bien plus important que Facebook, pour offrir des outils publicitaires ultra puissants alliant ciblage comportemental, géolocalisation, réalité augmentée etc… Bref, un moyen de rentabiliser tous ces outils gratuits, qui ne le sont pas vraiment…

Authors:

French (Fr)English (United Kingdom)

logo-noemi

Parmi nos clients