Dimanche 18 Novembre 2018
taille du texte
   
Lundi, 05 Décembre 2011 07:50

Achats d’applications : 85% pour iOS, 7% pour Android !

Rate this item
(0 Votes)

Article rédigé par Guillaume Favez, expert smartphones et mobilité et blogueur sur https://bysus.fr

Début 2011, le responsable de la plateforme Android estimait que les ventes d’applications payantes sur la plateforme mobile de Google progressaient trop lentement. Il a toutefois tenu à rassurer les développeurs avec une roadmap censée faire décoller les ventes :

  • In-App purchase : les achats intégrés au sein des applications permettent de débloquer des options via des micropaiements sans sortir de l’application (par exemple, passage d’une version lite avec publicté à une version pro sans pub sans télécharger de nouvelle application sur le market). iOS propose déjà cette option.
  • Carrier billing : le paiement via la facture de l’opérateur du client. Évite de saisir sa carte bancaire ou toute autre information de paiement pour ne pas décourager les consommateurs : si l’opérateur est supporté, la détection du client se fait via le numéro de téléphone et le paiement sera reporté en fin de mois sur la facture. Ce mode de paiement a permis de décupler les paiements sur Symbian et Bada lorsqu’ils ont proposé cette option. iOS ne permet pas le paiement par l’opérateur.
  • Web Market : accès à tout l’Android Market sur market.android.com pour faciliter la navigation dans les catégories, la recherche et donc la découverte de nouvelles applications. iOS propose un équivalent avec iTunes.
  • Amélioration de l’Android Market : Il s’agit d’une modification des algorithmes de classement des applications sur l’Android Market afin de promouvoir les nouvelles applications de qualité au lieu de n’afficher que les classiques Facebook, Google Maps…
  • Social : Partage d’application, vote pour les meilleurs commentaires, etc.

Maintenant que cette roadmap a été mise en place, il est temps d’en faire un premier bilan. C’est le cabinet d’analystes Piper Jaffray qui s’en charge en annonçant que les iPhone et iPad restent de loin les plateformes les plus lucratives pour les développeurs d’applications payantes : plus de 85% des achats d’applications mobiles seraient réalisés via iOS ! En effet, depuis la création de son Appstore, Apple a reversé 3.4 milliards de dollars aux éditeurs d’applications, contre 240 millions pour Android. Non la plateforme d’Apple génère plus de téléchargements, mais en plus la proportion d’applications payantes est 10 fois plus importante que sous Android :

Achats d’applications : 85% pour iOS, 7% pour Android !

Pourquoi les utilisateurs d’Android n’achètent-ils pas d’applications ?

Malgré la montée en puissance d’Android, les nouveautés apparues au fil des mois, l’OS de Google ne parvient pas à faire vendre des applications mobiles. Pourquoi ? Les explications sont multiples.

Tout d’abord, les applications gratuites financées par la pub ont prouvé qu’elles pouvaient être encore plus rentables que les payantes : En Décembre 2010, l’éditeur d’Angry Birds a annoncé que son jeu générait 1 million de dollars par mois grâce à la publicité, ce qui était largement supérieur aux 550 000 dollars réalisés avec les 10 millions de ventes sur iOS au moment de l’annonce. Depuis, aucun chiffre officiel n’a été annoncé mais la version gratuite d’Angry Birds avec des publicités a fait son apparition sur l’Appstore…

Ensuite, même si Android comble petit à petit son retard, il existe encore moins d’applications « évoluées » sous Android, comme de gros jeux 3D, donc moins d’opportunités de vendre des applications. De plus, comme les applications sur l’AppStore sont toutes validées manuellement, ça limite la présence d’applications de piètre qualité, contrairement à l’Android Market. Il en ressort une meilleure impression de qualité générale des applications, moins de déception et donc plus d’achats.

La multiplication des smartphones Android s’est accompagnée d’une progression des ventes de mobiles Google bas de gamme : des smartphones vendus à très bas prix avec abonnement alors que leurs utilisateurs n’ont parfois pas de forfait data et ignorent même qu’ils possèdent un mobile capable de télécharger des applications…

L’utilisation d’un login Apple est obligatoire pour utiliser un iPhone alors qu’elle est optionnelle pour un Android. Du coup, il suffit d’aller sur l’Appstore sur un iPhone pour accéder au catalogue d’applications alors que sur Android il faut créer un compte. Si la connexion avec un compte Google était obligatoire pour utiliser son smartphone, le téléchargement via l’Android Market serait peut-être plus courant.

Enfin, comme l’ont montré certaines études, les utilisateurs Android et iOS ont des profils bien différents : le cliché qui veut que les utilisateurs iOS sont plus aisés financièrement que les autres serait donc vrai, ce qui peut aider à l’achat d’applications iOS…

Android peut-il rattraper Apple ?

On serait tenté de répondre par l’affirmative tant les ventes d’Android explosent ces derniers mois. Mais même si Android est désormais très populaire, rien ne garantit que les nouveaux utilisateurs vont acheter des applications : Google est souvent lié à la notion de gratuité, contrairement à Apple plutôt associé au luxe, et donc à la dépense d’argent.
Autre avantage de taille pour Apple : les informations bancaires sont associées au compte iTunes si la même adresse email a servi à acheter un produit sur le site Apple. Ça signifie que tous les propriétaires d’iDevices ayant commandé sur le site d’Apple n’ont pas besoin de ressaisir leurs informations bancaires. Google n’a pas de base de données équivalente… C’est d’autant plus important que le parcours client permettant l’achat d’applications est complexe (entrer ses informations de carte bancaire sur le smartphone) et chaque information demandée à l’utilisateur réduit le taux de transformation…

Finalement, la vente d’applications payantes sur Android pourrait décoller grâce aux opérateurs qui intègrent progressivement la facturation de l’Android Market sur la facture mobile (AT&T, T-Mobile et Sprint aux Etats-Unis et Vodafone en Europe). En attendant, Google restera probablement encore longtemps derrière Apple…

Authors:

French (Fr)English (United Kingdom)

logo-noemi

Parmi nos clients