Dimanche 27 Mai 2018
taille du texte
   
Lundi, 19 Décembre 2011 11:58

Un logiciel pour prédire les tubes

Rate this item
(0 Votes)
Créé le 18-12-2011 à 22h47 - Mis à jour le 19-12-2011 à 11h58      Réagir Quelle est la probabilité pour une chanson de devenir un tube? Des chercheurs britanniques ont mis cela en équation, avec quelques erreurs mais une moyenne de prédiction honorable par rapport aux tentatives faites jusqu’ici. Le hit-parade en équation Pour décrypter les secrets des tubes, les chercheurs du laboratoire systèmes intelligents de l’université de Bristol (Grande-Bretagne) ont écouté et décortiqué les chansons classées au top 40 anglais dans les cinquante dernières années. Leur but était de distinguer les caractéristiques des chansons les plus polaires (dans le top 5) de celles qui ont fait un « flop » (classement entre 30ème et  40ème). Ils ont analysé différents critères comme le tempo, la signature temporelle, la durée de la chanson et son intensité. Ils ont également défini des caractéristiques plus détaillées telles que la simplicité harmonique, la simplicité des séquences d'accords et le « bruit » (les moments non harmoniques) des titres. En tout, l’équipe a compilé 23 données et établi ainsi une équation qui permet de calculer le potentiel de succès d’une chanson. Selon les chercheurs, leur équation peut affirmer avec un taux d’exactitude de 60% si un titre va se retrouver dans le top 5 ou s’il ne dépassera jamais la trentième position. Le détail des termes de l’équation et des évaluations de chansons en temps réel sont consultables sur le site du projet. « Les goûts musicaux évoluent, ce qui signifie que notre équation a besoin d’évoluer aussi » précise le Dr Tijl De Bie, auteur principal. Des tops et des flops «Nous avons découvert que le succès d’une chanson dépend de l’époque, du style de musique dominant, de la culture et de l’environnement » rajoute-t-il. Par exemple, la « dance ability » (le potentiel dansant) d’un morceau n’était pas d’une importance cruciale avant les années 80, elle s’est progressivement imposée comme critère de succès au milieu des années 70. Puis durant les années 80, les ballades au rythme plus lent (tempo entre 70 à 89 battements par minute) ont eu un regain de succès. Juste avant l’arrivée des rythmes binaires gagnants des années 90. L’équation testée a postériori sur les hits a ainsi permis de prédire le succès de titres comme If you don’t Know Me by Now par Simply Red ou  Wearing My Rolex de Wiley. En revanche les Arctic Monkeys avec Leave Before The Lights Come On passent à la trappe tout comme la réédition de Man in The Mirror de Mickael Jackson en 2008. C’est pourquoi Tijl De Bie avertit  que pour le moment son équation ne permettra jamais de prévoir tous les futurs classements dans le détail. Sciences et Avenir.fr19/12/2011 Authors: 2843933.PNG
French (Fr)English (United Kingdom)

logo-noemi

Parmi nos clients