Mercredi 19 Décembre 2018
taille du texte
   
Jeudi, 08 Septembre 2011 13:36

Esclavage, le jeu : la campagne virale qui choque

Rate this item
(0 Votes)
Une chaîne de télévision néerlandaise a suscité un vague d’indignations sur internet en diffusant sur You Tube une fausse bande-annonce pour un jeu-vidéo de stratégie mettant le joueur dans la peau d’un esclavagiste. Cette vidéo, mise en ligne le 2 septembre, se présente comme une véritable présentation de jeu de stratégie, "réservé aux plus de 18 ans" et intitulé "Slavery The Game" ("Esclavage, le jeu"). Dans ce jeu, le joueur doit conquérir des pays, échanger des esclaves, décider de leurs traitements et punitions et même décider de la marque à leur apposer au fer rouge. La bande-annonce était accompagnée d’un site internet semblable à ceux mis en ligne pour la promotion habituelle des jeux-vidéo. "Horriblement fake" Une campagne de promotion qui n’a berné que peu de monde mais qui a suscité une vague d’indignations sur internet. En effet, si de nombreux sites internet et blog ont relayé la vidéo, la plupart ont immédiatement suspecté une supercherie de mauvais goût. "'‘Esclavagisme, le jeu'", n’est probablement pas réel… mais est réellement choquant", titre ainsi le blog "In-Game" de NBC tandis que le site spécialisé "1up.com" parle "Du jeu qui semble horriblement fake". Et effectivement, le 7 septembre, la chaîne de télévision publique néerlandaise NTR révélait qu’il s’agissait d’une campagne de marketing viral pour une série de documentaires sur l’esclavagisme intitulée "Esclavage". La vidéo polémique est depuis toujours en ligne mais a été modifiée afin de renvoyer vers une autre vidéo, dans laquelle deux responsables de la chaîne expliquent leur démarche. Lyangelo Vasquez, responsable de la série, s'y justifie : "J’ai pensé que c’était discutable, mais il était important d’attirer l’attention du public sur le sujet de l’esclavage. Particulièrement aux Pays-Bas, où les gens ne savent pas grand-chose sur l’esclavage". La chaîne a également publié un communiqué officiel dans lequel elle explique avoir voulu susciter "l’indignation et la discussion". Jérôme Hourdeaux - Le Nouvel Observateur Authors: 2387477.jpg
French (Fr)English (United Kingdom)

logo-noemi

Parmi nos clients