Mercredi 19 Décembre 2018
taille du texte
   
Vendredi, 16 Septembre 2011 14:00

La déclaration de guerre des narcotrafiquants aux internautes

Rate this item
(0 Votes)
La guerre contre les narcotrafiquants a pris un tournant inédit au Mexique avec le premier assassinat de deux cyber-militants par un cartel de la drogue qui a laissé, avec les corps des victimes, une véritable déclaration de guerre à l’ensemble des internautes qui oseraient s’opposer à ses activités. En début de semaine, la police de Nuevo Laredo, une ville proche de la frontière avec les Etats-Unis, a découvert deux corps mutilés et pendant sous un pont. L’une des victimes, une femme, était pendue par les pieds et avait été éventrée. L’autre, un homme, avait visiblement été lui aussi torturé. Leurs meurtriers ayant également découpé leurs oreilles et leurs doigts, l’identité des victimes n’a pu être pour l’instant confirmée. Mais, selon la police, il s’agirait de deux jeunes blogueurs d’une vingtaine d’année. Une hypothèse confirmée par un message laissé sur une pancarte non loin des corps : "C’est ce qui arrivera à tous qui postent des trucs marrants sur internet. Vous ferriez mieux de faire gaffe, je vais vous avoir." Le cartel "Los Zetas" Un message signé de la lettre "Z", une signature utilisé par le cartel Los Zetas qui contrôle la région. Cette véritable déclaration de guerre cite également deux sites spécialisés dans l’information, et la dénonciation, des activités des narcotrafiquants : "El Blog del Narco" ("Le blog des narcos") qui propose aux internautes de dénoncer de manière anonyme les activités des trafiquants de drogue et le site "Frontera al Rojo Vivo" ("La frontière rouge vif") spécialisé dans l’information sur les cartels. Ce meurtre, certainement une première dans l’histoire de la violence des cartels, survient dans un contexte particulier. En effet, à force de menaces, pressions voire d'exécutions de journalistes, les narcotrafiquants ont réussi à réduire au silence bon nombre de médias qui n’osent même plus évoquer leurs activités. Ce sont les citoyens, et notamment ceux des zones les plus violentes dont fait partie la région de Nuevo Laredo, qui ont décidé de prendre le relais en mettant en commun leurs informations sur internet, via les réseaux sociaux ou des blogs. Au fil des années, de nombreux sites d’informations sur les activités des cartels mexicains ont ainsi vu le jour, comme "Frontera al Rojo Vivo" ou "El Blog del Narco" ou encore "WikiNarco", un véritable Wikipédia du narcotrafic qui propose une Google Map, des statistiques complètes ainsi que de signaler soi même un crime attribué aux cartels. Selon la police de Nuevo Laredo, ce double meurtre pourrait signifier que les cartels ont décidé de réduire à leur tour les internautes au silence. Jérôme Hourdeaux - Le Nouvel Observateur Authors: 2430861.jpg
French (Fr)English (United Kingdom)

logo-noemi

Parmi nos clients