Lundi 19 Novembre 2018
taille du texte
   
Mardi, 11 Octobre 2011 08:00

Qui veut racheter Yahoo ?

Rate this item
(0 Votes)

Article rédigé par Florian, Webaddict et sous perf à l’actualité. Passionné et un travailleur de l’internet depuis plusieurs années, Florian s’intéresse notamment à l’économie et aux usages d’Internet dans le monde.

Le board de Yahoo étudierait des offres de rachat depuis l’éviction de Carol Bartz, l’ex-PDG du groupe, qui n’a pas réussi à le relancer dans la compétition des géants de la Silicon Valley.

Petit flashback : nous sommes en 2000, Yahoo est le géant de mondial de l’internet, son PDG de l’époque rencontre les fondateurs de Google et  refuse leurs offres successives de rachat pour d’abord un milliard de dollars, puis le triple quelques mois plus tard. La suite, on la connait : Google va progressivement s’imposer en tant que moteur de recherche sur la plupart des marchés aux dépens de Yahoo. Après une chute constante de sa valeur, l’activité portail de Yahoo et le succès de son moteur de recherche aux Etats-Unis et en Asie notamment, permet au groupe de gagner une stabilité ces dernières années, qui font de lui l’actuel leader mondial du display.

Qui veut racheter Yahoo ?

Yahoo peine cependant à monétiser son audience, laquelle représente près de 686 millions de visiteurs, et attire plusieurs candidats au rachat : AOL, Alibaba, Microsoft, mais aussi le co-fondateur de Yahoo en personne Jerry Yang (Reuters).

Des candidats aux motivations différentes

Les possibles acquéreurs ont des profils et motivations très différents.

AOL souhaiterait fusionner avec Yahoo pour se donner un second souffle, mais cela semble peu probable vue sa valorisation actuelle, bien inférieure à Yahoo.

Le géant chinois Alibaba quant à lui, obtiendrait une porte d’entrée sur les marchés européens, américains, tout en asseyant sa position en Asie.

Pour Microsoft, les dissensions entre actionnaires sont fortes pour faire une nouvelle offre de rachat envers un groupe qui ne présente pas des opportunités de croissance si évidentes, et constituerait surtout un investissement colossal alors qu’il vient de sortir 8,5 milliards de dollars pour le rachat de Skype il y a quelques mois. Une telle acquisition de la part de Microsoft serait comme dans le cas de Skype, un gros coup qui se justifierait moins par un objectif de rentabilité économique que par un but clair de freiner ses concurrents : une opération de guerre, comme l’analysait le journaliste Francis Pisani.

C’est d’ailleurs le co-fondateur de Yahoo, Jerry Yang qui aurait été responsable de l’échec des négociations avec Microsoft en 2008 : son attachement à la marque aurait eu raison d’une belle offre de 47,5 milliards de dollars. C’est encore pour cette raison qu’il se serait aujourd’hui lancé dans la course au rachat de son groupe. Reste à savoir s’il parviendra à convaincre des investisseurs de lui faire à nouveau confiance pour redresser Yahoo et sauver l’indépendance de ce groupe pionner de l’internet aujourd’hui valorisé à 20 milliards de dollars.

Authors:

French (Fr)English (United Kingdom)

logo-noemi

Parmi nos clients