Dimanche 18 Novembre 2018
taille du texte
   
Lundi, 31 Octobre 2011 13:12

Solomo : juste maintenant !

Rate this item
(0 Votes)

Vous n’êtes pas sans le savoir, mais cette année LeWeb2011 sera centré autour du thème SoLoMo – Social / Local / Mobile : trois jours de conférences et de networking, plus de 4000 participants provenant d’une soixantaine de pays, et le soussigné qui couvrira l’événement pour Presse-Citron !

Avec Eric Schmidt en ouverture :

Donc au-delà du buzz concept, j’aimerais tenter d’appréhender le phénomène SoLoMo sous deux angles d’approche :

1. celui de l’utilisateur ;
2. celui du e-commerçant.

Côté utilisateur, le principal facteur de l’équation qui modifie l’expérience, c’est probablement moins le social et le local (de Facebook à Twitter en passant par Groupon ou Foursquare, la géolocalisation ne convainc pas toujours), que le mobile : si certaines études annonçaient en 2010 plus d’un français sur 4 sur l’Internet mobile pour 2014, nous en sommes déjà en 2011 à un français sur 2, dont 1/3 se connectent chaque jour via mobile. De plus, sur 38 millions d’internautes recensés en France, plus de 60% ont un compte Facebook !

Solomo : juste maintenant !

À noter que Facebook a touché fin septembre plus de 500 millions d’internautes actifs connectés sur une seule journée, dont la moitié via mobile (Source : Julien Codorniou).

Cela signifie qu’en dépit de l’aspect toujours aléatoire de ce genre de stats, l’évolution est constante et bien plus rapide que prévue. Sans oublier que la catégorie mobile ne regroupe pas que nos téléphones portables mais tous les nouveaux dispositifs nomades comme les tablettes, et que tout changement de support s’accompagne en parallèle de changements d’usages, aussi bien dans nos manières de consommer le contenu que dans notre « engagement expérientiel », pour parler moderne.

Sur un smartphone, actuellement les applis les plus téléchargées sont :
* 74% la météo
* 70% le GPS
* 69% calculatrices / réveils / jeux / divertissement / musique / radio / TV
* 65% les réseaux sociaux
* 54% les infos
* 49% banque / finance / photos / vidéo
* 42% les transports

Mais déjà, parmi les utilisateurs de tablettes :
* 31% nous disent qu’ils utilisent déjà moins leur portable !
* 34% qu’ils regardent moins la TV !
* 39% qu’ils lisent moins la presse !
* 56% qu’ils utilisent moins leur ordinateur !

Solomo : juste maintenant !

Par conséquent, aujourd’hui les mobiles dépassent les ordis, demain les tablettes dépasseront les mobiles, et après-demain, qui sait ?…

* * *

Côté e-commerçant, ou annonceur, marketer, ou qui que ce soit qui a un produit/service à vendre, sans compter les développeurs d’applis dédiées, le Solomo peut être associé à de la segmentation de cible, où le social permet de mieux connaître la « tribu », le local la proximité, et le mobile l’individualisation poussée à l’extrême.

Ce qui pose de nouveaux défis en termes d’analyse des données, puisque tout ça devient tellement mouvant et dynamique qu’une fois que vous avez calculé vos stats en mesurant les « big data », et bien il y a de fortes chances pour que la réalité dépasse déjà la réalité virtuelle ! Guillaume du Gardier, Digital Media Manager de chez Ferrero, l’explique très bien.

D’où l’émergence de nouveaux modèles d’influence et de communication/marketing 360, et, à mon avis c’est sur ce terrain-là que devra se jouer la partie Solomo : car l’importance de mieux cibler leur audience pour les e-commerçants ne les dispensera pas de communiquer du sens.

Hier on mesurait du trafic, des pages vues, des utilisateurs uniques, etc., aujourd’hui il s’agit d’appréhender l’influence sous d’autres angles, celui de la vérité, de la transparence, de la cohérence entre annonce et ce qu’il y a derrière, quelle est la réalité du projet, du produit, du service, et en quoi c’est utile pour moi, utilisateur ?

On passe donc d’une logique quantitative à une approche qualitative, où il faut inventer de nouveaux indices d’engagement, de nouvelles formes de relations, de discussions (de conversations), de regards, etc.

Une façon plus mature de communiquer pour les entreprises, où la question n’est plus de raconter de belles histoires construites sur du vide ou sur de simples produits/services usables et jetables, mais de belles histoires généreuses et vraies, fondées sur un parcours commun avec des utilisateurs aujourd’hui plus intelligents qu’hier et moins que demain, sans quoi toutes leurs tentatives de marketing sur le Web seront un flop assuré.

Voilà quels sont, selon moi, au-delà des opportunités et des embûches, les principaux enjeux du Solomo. Qu’en pensez-vous ?

Jean-Marie

P.S. Vous vous serez peut-être posé la question : pourquoi ce titre ? Simplement parce que c’est la traduction du romain au français ! En dialecte romain, « mo’ » signifie maintenant (alors qu’en italien on dit « adesso », « ora »…), donc « Solo mo’ » se traduit littéralement par « juste maintenant » !

Authors:

French (Fr)English (United Kingdom)

logo-noemi

Parmi nos clients