Mardi 20 Novembre 2018
taille du texte
   
Jeudi, 10 Novembre 2011 08:04

Siri, le cauchemar de Google ?

Rate this item
(0 Votes)

Même si le titre de cet article est probablement quelque peu excessif, il y a quand même matière à se poser quelques questions sur le sujet. Le sujet c’est : avec Siri sur son iPhone 4S (et peut-être bientôt sur les autres), a-t-on encore besoin de Google Mobile pour des recherches aussi basiques que celle d’un restaurant, d’un musée ou d’un réparateur de bicyclette ?

Siri, le cauchemar de Google ?

Vous le savez, le business de Google, c’est la recherche et les revenus générés par la publicité contextuelle corrélée à celle-ci. Or de nombreuses recherches effectuées sur un mobile sont liées à une situation, temporelle et/ou géographique. Des questions auxquelles Siri semble apporter des réponses la plupart du temps pertinentes. A quelques exceptions près, bien sûr. Ce sont donc autant de questions qui ne seront pas posées à Google, et qui ne passeront donc pas par son moteur à générer de la réponse et la publicité ciblée qui va avec.

Quand on sait que le trafic internet sur smartphones explose, que d’autre part, selon certains analystes, la recherche sur mobile pourrait représenter fin 2012 entre 16 et 22% des dépenses publicitaires sur internet, et enfin, que dans ce trafic, une part probablement non négligeable de ce trafic arrive sur Google Mobile, on se dit que le géant de Mountain View a peut-être de quoi se faire quelques cheveux blancs.

Siri, le cauchemar de Google ?

Pourquoi utiliser Google quand on peut parler à son iPhone… et qu’il vous répond ?

Forbes rapporte une mini-enquête menée auprès de 40 utilisateurs de Siri. 17 d’entre eux possédaient un iPhone 3GS, 20 autres un smartphone Android et les 3 derniers un iPhone 4. Il leur a été remis à chacun un iPhone 4GS pendant quelques jours. Durant cette période (durée non précisée), 27 d’entre eux ont indiqué n’avoir fait aucune recherche sur Google depuis qu’ils ont un iPhone 4S avec Siri. Il est évident que cette pseudo-enquête ne vaut pas grand chose et n’a rien de scientifique, mais elle pourrait montrer cependant une tendance. Une tendance qui ne plaide pas en faveur de Google : Siri est « gratuit » (les guillemets sont pour ceux qui me rétorqueront qu’un iPhone 4S coûte une blinde), et ne diffuse pas de publicité, puisque précisément le modèle d’Apple est de faire de l’argent avec la vente de téléphones, et non pas avec la pub.

Autrement dit Google doit affronter un ennemi qui ne joue pas sur le même terrain que lui, qui n’a pas les mêmes armes, et c’est certainement l’une des pires situations en matière de guerre économique. Depuis près de dix ans on attend LE concurrent sérieux qui fera vaciller Google sur la recherche, et, comme souvent, il arrive là où on ne l’attendait pas, par l’intermédiaire d’un petit logiciel sur un téléphone. Un logiciel qui n’utilise pas les bases de données de Google, mais celles de Yelp ou encore Wolfram Alpha, réputées fiables et pertinentes dans leur domaine.

D’ailleurs Eric Schmidt, le numéro trois de Google, ne s’y est pas trompé, puisqu’il a déclaré lui-même récemment que « Siri représentait une menace concurrentielle » pour Google. Si c’est lui qui le dit…

Alors bien sûr, pour le moment la menace est circonscrite aux seuls possesseurs d’iPhone 4S, soit une infime minorité d’internautes. Et Google a les moyens de répliquer et de sortir probablement assez rapidement un « Siri Pour Android » plus puissant et performant que l’original, mais ce sera de toute façon au prix d’un sacrifice sur les revenus publicitaires générés par le web. Il parait en effet difficile de pousser de la publicité audio avant une indication de restaurant sur un système d’assistance vocale. Autrement dit, même si Google sort un Siri puissance 10, il cannibalisera son propre business jusque-là si juteux et bien rôdé avec un service qui parait difficile à rentabiliser par de la publicité. Mais il fait peu de doute que les autres constructeurs vont également s’y mettre, comme par exemple Amazon, qui aurait racheté Yap, une startup spécialise dans la reconnaissance vocale.

Alors bien sûr aussi, la recherche sur mobile avec Google ne passe pas que par le moteur, et Siri, malgré toute son intelligence artificielle, ne remplacera jamais un guidage sur Google Maps, ou la quête d’une news sur Google Actualités. Mais Siri frappe quand même au cœur du métier de Google en répondant de façon ludique et pertinente à un besoin primaire qui se résume peut-être à dix requêtes les plus courantes. Mais des requêtes qui jusqu’à présent ont fait la fortune et la gloire de Google.

Finalement, on dirait que Siri est le dernier pied de nez de Steve Jobs à Google, lui qui ne décolérait pas au sujet de l’immixtion du géant de la recherche dans le monde du mobile juste après le lancement du premier iPhone.

Le ver est dans le fruit. Mais pas dans la pomme.

Authors:

French (Fr)English (United Kingdom)

logo-noemi

Parmi nos clients