Mardi 22 Mai 2018
taille du texte
   
Mardi, 22 Novembre 2011 15:46

Test utilisateur : deux semaines avec le BlackBerry Bold 9900

Rate this item
(0 Votes)

RIM renouvelle progressivement sa gamme de smartphones BlackBerry. Derniers arrivés en date, le BlackBerry Curve 9360, le BlackBerry Torch « tout tactile » 9860, et le Bold 9900, ces trois terminaux étant disponibles depuis quelques semaines en France.

Test utilisateur : deux semaines avec le BlackBerry Bold 9900

C’est au dernier, le Bold 9900 que nous allons nous intéresser aujourd’hui. J’en ai un exemplaire en main depuis quelques jours et je l’ai utilisé comme smartphone principal pendant cette période. Revue de détail.

Prise en main, premières impressions

Le BlackBerry Bold 9900 est… beau. C’est la première réflexion que je me suis faite quand je l’ai eu en main. Cela est principalement dû à l’équilibre entre ses dimensions et sa finesse. Il rappelle un peu le Bold 9000 dans son form factor, tout en étant moins épais (10.5 mm contre 12.5 mm) et moins lourd. De plus les matériaux utilisés avec son cerclage en alu brossé et son dos façon carbone sont du plus belle effet. Un appareil très agréable à tenir en main ou à l’oreille, bien plus qu’un iPhone par exemple avec ses bords tranchants et ses surfaces façon patinoire.

Test utilisateur : deux semaines avec le BlackBerry Bold 9900

Le package : qu’y a-t-il dans la boîte ?

Le modèle que j’ai testé m’a été fourni par Orange donc on ne sera pas étonné de retrouver le package classique aux couleurs de l’opérateur avec sa boîte noire et orange. Dans celle-ci on trouve

  • le smartphone
  • un mini-livret mode d’emploi
  • une chamoisette noire
  • un étui « actif » en cuir dur
  • une paire d’oreillettes audio
  • le (mini) chargeur avec câble USB indépendant et la batterie

Fonctionnement, ergonomie

Le Bold 9900 est un smartphone qui réunit en un appareil « le meilleur » de BlackBerry à savoir le format classique connu des blackberrynautes (écran paysage + clavier physique + trackpad) et un écran tactile capacitif multipoints dans la norme de ce que l’on connait sur d’autres smartphones. Ainsi les utilisateurs de longue date de BlackBerry pourront continuer à manipuler leur mobile comme ils l’ont toujours fait, alors que ceux qui préfèrent le tactile pourront piloter l’appareil exclusivement en touchant l’écran.

Le Bold 9900 est doté de la nouvelle version du système d’exploitation de RIM, à savoir BlackBerry OS7. Pas de grand changement par rapport aux dernières versions de BB OS 6, mais une interface par icônes encore un peu améliorée et modernisée, et une plus grande fluidité de l’ensemble. On sait que Blackberry OS7 est une version « de transition » qui ne devrait pas subsister très longtemps puisqu’elle devrait faire place à QNX, le système d’exploitation de la tablette BlackBerry PlayBook. Cela étant, j’avais déjà apprécié la réactivité d’appareils comme le Bold 9700 ou le Torch 9800, mais on est ici clairement un cran au-dessus. Le 9900 est véloce et réactif et l’écran tactile est particulièrement agréable à utiliser, même si on peut lui reprocher sa relative petite taille qui ne conviendra peut-être pas à ceux qui ont les doigts du Géant Vert.

Test utilisateur : deux semaines avec le BlackBerry Bold 9900

Côté ergonomie, même si RIM fait des efforts, ce n’est pas encore ça. La logique des menus, dont certains redondants ou offrant une double entrée pour un même réglage, m’échappe un peu parfois. J’ai par exemple bataillé pendant une demi-heure pour trouver une commande aussi basique que le changement de code PIN de la carte SIM. D’autre part, je ne sais pas si d’autres ont constaté cela aussi, mais avec l’arrivée de l’écran tactile, je suis fréquemment sujet à de faux clics pendant que je saisis du texte sur le clavier physique : il suffit que votre doigt déborde de quelques microns des lettres situées en haut du clavier pour déclencher une commande inopinée sur l’écran tactile et ouvrir une autre application qui vient s’afficher à la place de votre saisie en cours. Le genre de truc que vous appréciez moyennement quand vous êtes en train de rédiger un texto ou un email…

Téléphonie

Pas grand chose à signaler de particulier de ce point de vue. Si l’on se rappelle que nous parlons d’un téléphone, le Bold 9900 remplit parfaitement sa fonction : toutes les fonctionnalités liées à la téléphonie sont bien pensées, intuitives et agréables à utiliser. On a un vrai téléphone, agile, et qui ne vous embrouille pas avec des menus inutiles. La sensibilité au réseau est dans la moyenne sans être toutefois exceptionnelle. Je pense à ce sujet que les anciens BlackBerrys étaient peut-être un peu plus efficaces. Cela dit la sensibilité reste légèrement meilleure que celle d’un iPhone 4 par exemple.

Pas de data, pas d’App World…

Dans les trucs particulièrement énervants et qui sont une constante chez BlackBerry, je retiens principalement cette obligation absurde d’être connecté au réseau GSM avec un plan data pour accéder à l’App World. Ainsi, si vous êtes en WiFi et que vous avez coupé le GSM, ou si, comme certains utilisateurs (ados notamment) vous ne disposez pas d’un abonnement data, vous pouvez aller vous faire voir : vous ne pourrez pas installer d’app sur votre BlackBerry via le réseau, vous devrez obligatoirement passer par votre PC en connexion USB filaire. J’en fais régulièrement l’expérience chez moi, lorsque je coupe la data et que je bascule en WiFi only : pas d’App World et un stupide message d’erreur.

Autre contrainte d’un autre temps : devoir obligatoirement utiliser Internet Explorer pour utiliser l’App World sur son PC en vue d’installer des applications. Ce n’est à mon avis pas comme ça que RIM favorisera le développement de son magasin d’applications.

Ecran et clavier

Le clavier physique reste le point fort des terminaux BlackBerry. Celui-ci ne fait pas exception à la règle avec ses touches en relief asymétrique qui fournissent une sensation de précision assez remarquable. Il faut cependant là encore être un vieux routier du BlackBerry pour saisir à la vitesse de l’éclair. J’avoue pour ma part avoir besoin d’une bonne période d’adaptation pour écrire aussi vite que sur un iPhone ou un Windows Phone (je ne mentionne pas Android car j’ai toujours du mal avec les claviers tactiles sur cet OS). Mais il n’en demeure pas moins que c’est ce qui fait pour moi le charme unique des BlackBerry : l’impression d’avoir véritablement un mini-ordinateur au creux de la main, et je comprends que certains crackberries éprouvent quelques difficultés à se départir de leur terminal préféré.

L’écran de 2,8 pouces et 16 millions de couleurs offre une résolution de 640×480 (celui du Bold 9000 était de 480×320). Il est lumineux, contrasté et affiche une belle définition, comparable au meilleur du standard connu sur les smartphones « haut de gamme ».

Test utilisateur : deux semaines avec le BlackBerry Bold 9900

Test utilisateur : deux semaines avec le BlackBerry Bold 9900

Photo, vidéo

Je ne pense pas que l’on choisisse un BlackBerry pour la qualité des photos qu’il réalise, mais on notera quand même les caractéristique du capteur : il s’agit d’un 5 megapixels qui permet de réaliser des clichés de 2592×1944 pixels, alors que les vidéos sont en HD 720p. Voir ci-dessous les photos faites avec le Bold 9900. Elles n’ont pas été retouchées, juste compressées à 80%. La qualité est à mon sens tout à fait correcte pour ce type d’appareil.

Cliquez sur les photos pour les voir au format original.

Test utilisateur : deux semaines avec le BlackBerry Bold 9900

Test utilisateur : deux semaines avec le BlackBerry Bold 9900

Test utilisateur : deux semaines avec le BlackBerry Bold 9900

Test utilisateur : deux semaines avec le BlackBerry Bold 9900

Une fonction étonnante : lorsque vous prenez des photos, celles-ci sont automatiquement géolocalisées et surtout géo-taggées par défaut, ce qui signifie que le nom de l’endroit s’enregistre en préfixe du nom de chaque fichier en plus de la date. Exemple : vous faites une photo ou une série de photos le 22 novembre à Pétaouchnok, les fichiers seront nommés petaouchnok-2011-11-22.jpg. Pas mal, mais éventuellement un peu piégeux dans certaines situtations. Il suffit de désactiver la géoloc pour ne pas voir apparaître ces indications.

NFC : en avance sur le marché ?

Le Bold 9900 est équipé d’une puce NFC (Near Field Communication) qui permet de communiquer avec d’autres objets compatibles, sans fil. Voici une petite vidéo de démo du fonctionnement du NFC sur le Bold.

Applications

On le sait, c’est là que le bât blesse : l’écosystème BlackBerry est encore un peu riquiqui et l’App World manque sérieusement de choix dans les applications. Cela étant le geek social aura quand même à sa disposition le minimum syndical et un choix suffisant d’applications à se mettre sous le doigt. Le Bold 9900 est livré d’origine avec un bloc-notes, un gestionnaire de tâches, une calculatrice, la suite bureautique complète Docs To Go (une version mobile compatible Word, Excel et Powerpoint), un gestionnaire de fichiers, une boussole, une app de prises de notes vocales, la commande vocale et un outil de gestion de mots de passe. Au sujet de la commande vocale, on a droit également à une fonction de recherche universelle par la voix, à l’image de ce que l’on connait sur Android. Celle-ci permet de chercher parmi les contacts, les emails et le web et fonctionne plutôt bien.

On a droit également dans le package de base à une horloge, un gestionnaire et lecteur audio vidéo photo, l’application Cartes reliée au GPS de l’appareil, un navigateur web de dernière génération fondé sur Webkit et compatible HTML5, quelques jeux, etc.

Ce à quoi j’ai ajouté en les installant : Twitter, Facebook, Shazam, Vlingo… et c’est tout. L’application Spotify, toujours pas disponible pour la plateforme BlackBerry, me manque cruellement.

Test utilisateur : deux semaines avec le BlackBerry Bold 9900

Synchronisation, sauvegarde

Fonctions de plus en plus essentielle à l’heure du cloud (et des vols de portables), la synchronisation et la sauvegarde du Bold 9900 se font encore à l’ancienne, via une connexion physique à votre bon vieux PC via câble USB, et avec l’utilisation du logiciel propriétaire de RIM, BlackBerry Desktop Manager, ce qui n’est pas une bonne nouvelle : c’est long, lourd et fastidieux. Et vous goûterez probablement à des joies que vous ne connaissiez plus depuis quelques temps : des messages d’erreur abscons, quelques bugs et même parfois un refus de l’application de reconnaître ou de synchroniser votre terminal. Quand on n’est pas dans le cloud, on est dans le brouillard.

En revanche, la possibilité d’utiliser son BlackBerry comme une clé USB (unité de stockage de masse) est toujours présente et cela demeure très pratique.

Test utilisateur : deux semaines avec le BlackBerry Bold 9900

Autonomie

Rappelons que le BlackBerry Bold 9900 est doté d’un processeur de 1,2 GHz et d’un écran tactile de 2,8 pouces, ce qui forcément peut induire quelques craintes sur son autonomie, réputée être l’un des autres points forts de BlackBerry. Je n’ai pas fait de tests poussés ni scientifiques mais je peux dire que l’autonomie est très satisfaisante, et largement supérieure à celle – calamiteuse – de l’iPhone 4S. Avec le 9900 j’ai eu la bonne surprise de constater que je ne devais le recharger qu’après une journée et demie, voire deux journées d’utilisation, là où un iPhone ou un Android ne tiennent pas une journée. Je n’en fais pas un usage très intensif (je téléphone peu, notamment) mais c’est le même avec tous les mobiles donc la comparaison est pertinente.

En conclusion

Le BlackBerry 9900 est un peu un paradoxe. Il représente d’une certaine façon la quintessence des terminaux RIM tels que nous les connaissons aujourd’hui et se trouve pourtant à la croisée des chemins, dernier avatar d’une lignée qui va certainement être complètement revue avec l’arrivée du nouveau système d’exploitation QNX. Il est à la fois moderne (écran tactile capacitif multipoint, puce NFC) et classique, dans la droite ligne de ses prédécesseurs, ceux qui ont fait le succès de RIM et causent aujourd’hui ses difficultés actuelles. C’est un bon smartphone, de ceux dont qui nous auraient encore fait rêver il y a seulement trois ou quatre ans. Je le recommande : pour un usage intensif si le tout tactile n’est pas votre truc, c’est le mobile qu’il vous faut. C’est d’ailleurs comme cela que j’envisage un BlackBerry, les modèles tout tactile ne m’ayant jamais convaincu.

Côté offres, Orange propose le Bold 9900 dans son offre Série Limitée Business pour BlackBerry, comprenant emails, Internet et Orange Maps en illimité, avec 100 SMS, 100 MMS et surtout l’option BlackBerry comprise dans le prix de l’option. En gros, c’est Business pour smartphone avec l’option BlackBerry intégrée.

J’aime bien ça

  • la taille et la forme
  • la finesse
  • le design, les matériaux
  • l’agrément de prise en main
  • le clavier
  • la réactivité
  • la qualité de l’écran

J’aime moins ça

  • l’ergonomie parfois déroutantebibibibi
  • le manque d’applications disponibles
  • les aberrations d’usage (App World non accessible en WiFi…)
  • la taille de l’écran
  • la synchro avec PC

Caractéristiques techniques principales du BlackBerry Bold 9900

  • Hauteur : 115 mm
  • Largeur : 66 mm
  • Profondeur : 10,5 mm
  • Poids : 130 g
  • Processeur : QC 8655 1.2GHz
  • Mémoire : 768 Mo de RAM, 8 Go d’eMMC
  • Mémoire extensible : Carte uSD jusqu’à 32 Go (en option)
  • Appareil photo 5 Mpx
  • Caméra vidéo HD (720p)
  • Zoom numérique x4
  • Flash
  • Détection de visage et stabilisation d’image
  • Géotag
  • Batterie lithium-ion amovible / rechargeable de 1230 mAH
  • Casque stéréo avec jack de 3,5 mm
  • Haut-parleur et microphone intégrés
  • Casque mains libres

Authors:

French (Fr)English (United Kingdom)

logo-noemi

Parmi nos clients